Budget 2014: les avis sont partagés

Par: La rédaction le vendredi, 21 février 2014

 Budget 2014: les avis sont partagés

La première ministre du Québec, Pauline Marois

(Antoine Rivard-Déziel)

Le deuxième budget du ministre des finances, Nicolas Marceau, vise toujours l'équilibre budgétaire en 2016.

Québec prévoit un déficit de 2,5 milliards de dollars cette année pour ensuite baisser à 1,75G$ l'année suivante. On annonce de nouvelles compressions de 150 millions $ dans l'appareil gouvernemental en 2014-2015. Les commissions scolaires écopent avec des coupures prévues de 125 M$ sur cinq ans. Les logements sociaux profiteront d'un investissement de 270M$ en vue de construire 3250 unités. Les infrastructures touchent la part du lion avec 90,8 G$ sur 10 ans.

On notera enfin une mesure importante du budget, soit une hausse de 1$ par jour pour les CPE en septembre prochain et un autre dollar en 2015 pour atteindre 9$ par jour. L'indexation au coût de la vie sera imposée pour les années subséquentes.

Réactions

Le budget Marceau est reçu avec un optimisme mesuré pour certains alors que d'autres se disent déçus.

C'est le cas de la préfet de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, qui juge l'exercice «austère voire inquiétant». Elle n'avale pas les coupures de 125M$ dans les commissions scolaires, la réduction de la hausse des dépenses en santé passent encore moins tout comme l'augmentation des tarifs des CPE à 9$ d'ici 2015.

Le président de la Conférence régionale des élus, Daniel Côté, salue certaines mesures pour le financement des entreprises, les baisses de tarifs d'électricité pour le secteur privé et l'investissement de Québec dans les grands projets en ressources naturelles..Ce dernier souhaite toutefois que les coupures en éducation, notamment, n'affecteront pas trop le portefeuille des gens.

Pour sa part, la Chambre de commerce MRC du Rocher-Percé estime que ce budget résulte d'un cadre budgétaire déficitaire qui limite la marge de manœuvre de l'État. «La Chambre comprend et accepte les limites au pouvoir de dépenser du gouvernement, ce qui rend encore plus extraordinaire l'annonce faite auparavant par l'État québécois de son appui financier massif au projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons», note l'organisme par voie de communiqué.

La Chambre se réjouit également de l'annonce dans le budget du renouvellement des fonds locaux d'investissement gérés par les CLD. «Cette mesure, qui devra être assortie d'un assouplissement des modalités de ces fonds locaux, devrait permettre d'appuyer les futurs entrepreneurs dans leurs démarches d'acquisition d'entreprises», précise Roger Clavet, le directeur du développement de la Chambre, avant d'ajouter que son organisme «aurait par ailleurs aimé voir un accès facilité au crédit d'impôt pour favoriser la modernisation de l'offre d'hébergement touristique en Gaspésie, une mesure contenue dans le budget Marceau qui semble limitée à la seule région de Québec».

Pour sa part, le Conseil du patronat du Québec déplore que les déficits se poursuivent pendant au moins deux ans et se questionne quant à la capacité réelle du gouvernement à atteindre les objectifs qu'il s'est fixés à court terme. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante accueille favorablement les grandes orientations de Québec présentées dans son exercice financier.