Les infirmières dénoncent aussi le harcèlement psychologique au CISSS

le jeudi, 13 février 2020

Le syndicat des infirmières soutient que ses membres vivent aussi des situations qui s’apparentent à du harcèlement psychologique.
Le Tribunal administratif du travail entend depuis mardi la cause opposant la présidente-directrice générale adjointe du CISSS de la Gaspésie, Connie Jacques, à l’ex-directrice de la DPJ, Diane Perron sur des allégations en la matière.
Le président du Syndicat des infirmières, auxiliaires et inhalothérapeute de l’Est-du-Québec, Pier-Luc Bujold, précise que des plaintes ont été adressées par le passé pour du harcèlement. Les travailleurs subissent beaucoup de pression. Selon lui, le CISSS montre de l'ouverture, mais sur le terrain, il ne voit pas d'amélioration.
Difficile de quantifier la chose puisque plusieurs préfèrent se taire plutôt que de nuire à leur carrière.
Le syndicaliste déplore la façon dont les plaintes sont traitées par le CISSS alors que les délais ne sont pas respectés, ajoutant que plusieurs mois peuvent s'écouler avant une analyse.