Navires désuets?

Par: La rédaction le jeudi, 06 février 2014

Courtoisie

Confronté à la désuétude de la flotte de la garde côtière, l'industrie maritime somme Ottawa d'agir dans les plus brefs délais.

La multiplication des retards subis par plusieurs navires en transit dans le St-Laurent engendre des pertes économiques majeures, déplore la Société de développement économique du Saint-Laurent . L'organisme a, à maintes reprises, manifesté la crainte que les services de déglaçage soient déficients lors d'un hiver comment celui que nous connaissons actuellement. L'état des brise-glaces est à ce point grave qu'une bonne partie des unités en service opèrent avec des capacités limitées, renchérit le député bloquiste de Haute-Gaspésie-Matane-Mitis-Matapédia, Jean-François Fortin.

Le député appuie la SODES dans sa démarche précisant que c'est une question de sécurité. Dans un communiqué, la Garde Côtière a indiqué à CHNC que, en 2013-2014, «c'est plus de 10 millions de dollars qui ont été investi par la Garde côtière canadienne dans l'entretien régulier et la certification de ses brise-glace NGCC Des Groseilliers, NGCC Amundsen, NGCC Pierre Radisson et NGCC Martha L. Black.»